Douceurs parisiennes

Soooldes ! Voilà ce qu’on peut lire sur pratiquement tous les statuts Facebook féminin, et l’émotion semble aussi toucher quelques mâles. Les fashionistas vous parleront certainement de Londres, New-York mais aussi de Paris… moi, j’ai bien envie de vous toucher quelques mots sur cette dernière.

Sur les quais de Seine à Paris, près du LouvreCapitale de notre chère France, Paris est cette ville que l’on adore ou que l’on déteste. Un entre-deux est difficilement envisageable… je suis passé par les deux étapes !
Comme les aspects négatifs viennent plus facilement à l’esprit et que les préjugés ont la vie dure, je vais vous compter quelques bonnes raisons pour venir vivre dans la capitale (enfin… au moins le temps d’un week-end !).

1.    Il y a toujours quelque chose à faire ! Culturellement parlant, ça bouge ! Expos, concerts, théâtres, musées, impossible de ne pas s’en prendre une bouffée. Et si malencontreusement, vous n’auriez pas vu la dernière expo, vous risqueriez d’être has been. « Quoi ? Tu n’as pas vu l’expo Tim Burton à la cinémathèque ?! » Plus d’excuses ! Cet accès à la culture est souvent abordable et accessible à tous !

2.    Paris, c’est une explosion de goûts (divers et variés). Les gens semble oser, se montrer tout en gardant une certaine distance. Ici, tu ne te feras pas incendier parce que tu portes une jupe avec des talons, ou parce que tu as osé sortir ton legging léopard avec ton manteau girafe (quoique). Il y a une certaine liberté dans la manière de s’habiller… enfin faut-il encore avoir un peu de caractère pour sortir de l’eau du lot et rester soi. Parce que capitale de la mode aidant, on finit toujours par retrouver les même tendances vestimentaires. Heureusement que l’appât du vintage aide à être original ! Ce qui me fait penser que…

3.    Il y a de quoi chiner ! On trouve par-ci, par-là des boutiques de seconde main, des magasins de créateurs parfois à portée de budget. Il suffit d’être un minimum curieux, d’avoir un peu de courage pour se perdre dans les rues (et non en métro) pour découvrir quelques merveilles. Paris, c’est la ville où tu dois toujours avoir les yeux ouverts, la ville où sur un coup de tête, tu prendras un chemin différent pour rentrer du travail et flashera sur un boui-boui, un bijou, un minuscule restaurant aux saveurs thailandaises ou ton futur bar.

4.    Parce qu’ici il y a le choix: bars, boîtes, restos, en veux-tu en voilà ! Il y en a pour tous les goûts (et les prix). Bon, j’espère que vous aimez l’alcool. Parce que payer un coca 10€, c’est pas mon truc. Moi je préfère me rabattre sur une p’tite bière ou un p’tit cocktail au même prix. Allez, j’exagère un peu 😉

5.    Paris, c’est la multi-culturalité. On y trouve même un quartier chinois ! Au Comptoir général, c’est un bout d’Afrique qui rit. Dans le métro, en une seule journée, on peut entendre parler anglais, hindi, ou encore ouzbèke (à condition de changer de ligne). Les rencontres ont un goût d’ailleurs et pourtant, c’est bien au cœur de la capitale française que l’on se trouve. Et pour ceux qui ne supporterait pas de s’entendre dire « ah tu viens de la Province » (moi la première !), sachez que la plupart des Parisiens, sont des provinciaux 😉

Bon je vous l’accorde, il faut un moral en béton armé pour vivre ici. Pollution visuelle, sonore… les gens font la gueule, sont scotchés à leur Smartphone et hurle « Allo, allo ?! » dans le métro, parce que ça ne passe pas toujours.
Mais il suffit d’un sourire pour que votre voisin de wagon se détende, d’un rayon de soleil pour apercevoir quelques couleurs vestimentaires et un minimum d’ouverture d’esprit, pour voir à quel point Paris offre une effervescence de possibilités, d’idées et d’innovation personnelle. C’est un lieu spécial (dans tous les sens du terme), mais qui marque. On s’en rend compte lorsque justement, on retourne en Province ! Il faut perdre ses habitudes de traverser au feu rouge, de courir dans les couloirs du métro ou de laisser passer les gens qui descendent. On ne sort plus le lundi soir après le boulot, on ne brunche plus tous les dimanches, on ne va plus pique-niquer au Parc des Buttes Chaumont dès les premières chaleurs, ni faire la queue par la même occasion au Rosa Bonheur.
Mais bon, on respire…

2 Comments on “Douceurs parisiennes

  1. Pingback: La peur de revenir | Mondalu

  2. Pingback: Singapour en 4 ou 5 jours | Mondalu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *