Lettre à ma zone de confort

A toi…

… que j’ai souvent dénigrée. Maintes fois rejetée. Et parfois même manipulée.
Je n’acceptais pas le fait que tu n’aies pas toujours des envies sociables,
Je n’acceptais pas le fait que tu aies besoin d’espace pour être stable.

On m’a toujours dit que c’était bien de sortir de sa zone de confort.
On m’a toujours collé cette étiquette de timide, tu sais, à l’école.
Être exubérante, extravertie, bavarde n’était clairement pas mon fort.
Je n’aimais pas me mettre en avant et on m’a fait croire que c’était mal à l’école,
qu’il valait mieux apprendre à se montrer aux yeux du monde, et que j’avais tort.

Alors, quelques années après,
je suis partie me nourrir de la zone de confort des autres.
Wwoofing, couchsurfing, hitchhiking, j’ai conjugué tous ces mots qui finissaient en ing.
J’ai surfé sur des canapés par toujours propres, j’ai appris à suivre mes intuitions,
mais pas à écouter cette petite voix qui me disait de ralentir et avait raison.

J’ai commencé à courir après le temps,
J’ai commencé à avoir besoin des autres tout le temps.
Je me suis retrouvée destabilisée, sans le moindre contrôle de mes émotions.
Ma zone de confort a été dévisagée, déshabillée,
parce que je n’avais pas appris à l’écouter à tort ou à raison.

Maintenant… je comprends mieux ton intérêt,
je comprends mieux ton besoin de souffler,
ton besoin de te ressourcer, de respirer, de te pauser,
et je te demande pardon.

One Comment on “Lettre à ma zone de confort

  1. Waouh ! Tellement émouvant cette lettre à ta zone de confort …
    Bienvenu à l’instant présent , il ne sert à rien de courir …
    Bisouss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.