Dans les entrailles de Coober Pedy

L’arrivée à Coober Pedy s’est fait via l’Odnadatta track. Un paysage désertique, isolé nous accueille avec ses dégradés d’orange et crème. Read More

En route pour l’Oodnadatta Track

Quand Marion m’a parlé pour la première fois de l’Oonadatta track, j’ai tout de suite été emballée par son côté « désert » et « outback ». Read More

Flinders Ranges, premiers pas dans le Dreamtime

Après quelques jours au cœur du Mont Remarkable, nous voilà en route pour le Parc National Ikara-Flinders Ranges en Australie-Méridoniale. Read More

Trois jours au Mont Remarkable

Des Grampians, nous nous dirigeons vers le Parc National du Mont Remarkable, sans passer par Adélaïde. Read More

Quelques jours dans les Grampians

On m’avait parlé des Grampians il y a plus d’un an, lorsque je posais mes pieds sur le sol Australien,  à Melbourne. La route ne m’y avait pas conduite cette fois là.

En partance pour Darwin, l’étape se faisait alors évidente. La route me rappelait ma petite escapade dans les Pyrénées Australiennes avec mon couchsurfer de l’époque. Les eucalyptus étaient bien là, nous offrant une ouverture de lumière, pleine de promesses et d’aventures.IMG_4164
Après avoir passé la nuit à Halls Gap, la route nous mène aux Mckenzie Falls, puissantes et majestueuses.

Sur le chemin du retour, les points de vues s’offrent à nous et me semblent familiers. Un petit air de Blues Mountains peut-être ?IMG_4206Le deuxième jour, pensant que le soleil serait au rendez-vous, nous nous engageons sur le “Wonderland Loop”. La première partie de ces 4-5h de randonnée est belle.

Puis la vue se couvre, nous laissant affronter vent et froid.

Nous passons la nuit au camping gratuit Plantation avant de ne reprendre la route vers le sud pour gravir le Mt Sturgeon. A notre arrivée, le track est fermé, nous faisons donc demi-tour découvrant avec bonheur la Serra Range, chaîne de montagne précédemment cachée par les nuages. IMG_4240Nous retraversons le parc pour aller explorer le nord cette fois, et tombons sur une randonnée magique: la Hollow Mountain. Le changement est radical et la montée escarpée.

IMG_4259

Avant de ne rentrer au van, nous faisons un détour à Gulgun Manja Shelter, où des peintures aborigènes ornent les murs ocres de l’abri rocheux. Le peuple Jardwadjali y a laissé ses traces.

Notre séjour dans les Grampians s’achève et nous admirons une dernière fois le Parc National du haut du Mont Zéro.

De Lorinna à Cradle Mountain

Cradle Mountain, c’est une histoire d’amour compliquée. Read More

Freycinet, calme et volupté

Tout le monde en parle de Freycinet avec sa réputée Wineglass Bay, mais peu nous dévoile qu’un track de 3 jours permet de faire le tour du parc national.

On s’est un peu pris la tête sur le chemin du départ avec mon pote descendu de Brisbane. J’espérais secrètement remontée la côte Est en une semaine pour se rendre à la Bay of Fires. Mais finalement nous avons opté pour le Freycinet Peninsula Circuit, peu préparé.

Le départ des randonnées se trouve à la sortie de Coles Bay. Après un pique-nique agité, à échapper aux Wallabies un peu trop gourmands, c’est en direction de Hazards Beach que nous partons. Il faut compter 1h30 pour s’y rendre.

IMG_3610

Juste le temps de prendre quelques photos et nous continuons sur le sable pour rejoindre Cooks Beach (1h30 de randonnée), où nous passerons la nuit au camping gratuit du coin.

Les plages sont magnifiques, les couleurs irréelles et une raie nous fait même l’honneur d’une danse. La nuit tombe vite et laisse place aux curieux opossums.

IMG_3644Le lendemain, la plus grosse partie du track nous attend. De Cooks Beach à Wineglass Bay, en passant par le Mont Graham, c’est de 5 à 6h de marche qu’il faut compter. Nous prenons de la hauteur et la vue sur Wineglass Bay se dévoile.

C’est là où nous campons le soir même.

La lumière y est magique et la douche fraiche le lendemain matin. Après deux jours de randonnée, on s’offre une baignade dans ces eaux cristallines. L’air est froid, le vent se lève, la pluie nous guette. Nous parcourrons la dernière partie du circuit mouillé, avant d’aller nous réchauffer dans un café sur Coles Bay. Le camping de Friendly Beaches nous accueillera sous ce même air humide avant de reprendre la route pour Hobart, les essuie-glace aux aguets.

Freycinet, moi qui ne suis pas une grande fan de plages, je t’ai aimé dès la première foulée.

Mount Field, le parc oublié

Le parc national du Mont Field est souvent zappé par les visiteurs. Et pourtant il offre une végétation riche et des randonnées intéressantes, à seulement 1h de route de Hobart.

Tarn Shelf Circuit

Cela faisait un petit moment que je voulais explorer Mount Field National Park. Mais je repoussais toujours mes aventures, me disant que bientôt je travaillerais à côté pour la saison du houblon. J’ai fini par dire oui lorsque mon couchsurfer m’a proposé de partir camper pour un week-end. Direction Tarn Shelf.

Des étendues d’eau parsèment le chemin tandis que nos yeux s’affutent à la recherche des balises. Le temps n’est pas au beau fixe mais la randonnée plutôt chouette.

On décide de poser la tente à Tarn Shelf près d’un vieux refuge habitant quelques trésors d’antan. La nuit sera mouvementée, entre la pluie et le vent battant le nouvel achat de L.


Le lendemain les nuages sont toujours là et nous finissons la boucle en quelques heures.
Tarn Shelf - Mt Field

Mount Field East

Le week-end d’après, j’étais à nouveau dans le coin et après deux jours intenses de vendanges, je propose à une collègue de s’élancer sur le Mount Field East, un circuit de 6h. Cette fois, le soleil était présent et la balade tellement plus appréciable.

Le paysage change vite et la montée au sommet s’annonce “cayoutique”. Si vous ne vous sentez pas de jouer le cabri sur les rochers, la vue est splendide bien avant le sommet.

La fin du circuit se fait longue et le soleil se couche doucement. Le lendemain une journée de repos nous attendra avant de reprendre le boulot.

Vous l’aurez compris… Mount Field National Park, ce n’est pas seulement les Russell Falls, bien que très belles, accessibles après 20 min de marche au niveau de l’accueil. Pour le reste, il vous faudra vous garer quelques kilomètres plus haut, au second niveau du parc. Bonne randos !

Russell Falls

Maria Island, le paradis Tasman

Maria Island.

Ce nom m’évoquait déjà douceur, féminité et accent chantant. Maria, c’était cette île qui, malgré quelques jours de travail proposé, je choisissais pour passer mon 1er de l’an. Maria, c’est ce paradis bien caché dont je ne me lasse d’en recoller les facettes à moitié dévoilées. Maria c’est ce lieu de caractère qu’il me tarde d’aller retrouver.
Mais venez donc… je vous y emmène.

31 décembre – L’arrivée est atypique. Il faut laisser sa voiture à Triabunna, tandis que le ferry nous embarque pour une traversée secouée avec équipement, nourriture et autres vélos dont nous aurons besoin pour le séjour. Heureusement que l’on y reste deux jours, mon ami ayant embarqué la moitié de sa valise. A l’arrivée, de gros charriots nous permettent d’alléger nos épaules jusqu’au campement à Darlington. C’est là où nous passerons nos deux nuits.

Avec un peu de chance, la famille Wombat vous réservera un accueil aussi privilégié que le notre.

Le week-end de fin d’année étant chargé, nous n’avions pas trop eu le choix niveau ferry et nous n’avions plus que la fin de l’après-midi pour commencer à découvrir Maria Island. C’est à Painted Cliffs que je décide d’emmener R.

La lumière est magnifique et fait ressortir le rouge-orangé de ces falaises de grès. On peut s’y aventurer facilement à marée basse.

Après avoir admiré le soleil couchant, nous retournons au camp pour rencontrer deux Diables de Tasmanie. Leur cri strident nous interpellent et les deux boules de poil semblent se chamailler au creux de la nuit. Cette espèce en voie de disparition est affecté par une tumeur. Maria Island étant coupée de tout, c’est un lieu choisi pour les réintroductions. Il arrive donc quelques fois de pouvoir les croiser à l’orée de la cuisine du campement.

Diable de Tasmanie - Maria Island

Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises… Le 31 au soir, il fallait bien attendre minuit pour se fêter la bonne année. Je propose donc d’aller au bord de l’eau, sur la plage de la Darlington Bay pour admirer les étoiles. L’air est frais et les nuages semblent danser au dessus de l’Océan.

Étant partie quelques nuits plus tôt à la chasse aux aurores australes, je file récupérer mon appareil photo au camp avant de ne retourner sur le sable.
Le verdict tombe:
Aurore Australe - Maria Island
Le spectacle est magique, la nouvelle année commence et je me remets difficilement de mes émotions.

1er janvier – Après une bonne nuit de sommeil et un petit-déj avec nos copains wombat, c’est sur la randonnée Bishop and Clerk que nous nous engageons. S’étendant sur 12km aller-retour, la montée (première moitié) nous donne du fil à retordre. Il faut se l’avouer, ça grimpe sérieusement. Entre deux rochers, je rencontre un Tiger Snake, l’un des reptiles dangereux que l’on peut croiser en Tasmanie. Sa couleur d’un noir intense me laisse sans voix et je continue ma route bien devant mon coéquipier. Au sommet la vue plonge sur l’Océan.

Le retour nous semble long mais nous offre des kangourous sur champ de carte postale. Les couleurs sont belles et nous font regretter de ne pas pouvoir rester plus longtemps. Nous repartirons le lendemain sur le bateau, quittant Maria et son paradis charmant. J’y retournerais je l’espère, avec un vélo comme compère pour aller explorer le sud de l’île et camper en toute zénitude.

Quelques jours sur la Tasman Peninsula

La Péninsule de Tasman se décline en randonnée, camping, falaises, points de vue, balades en bateau et autres activités extérieures.

J’y suis allée sur deux week-ends, toutefois trop courts pour apprécier tous les aspects du coin.

Cap Hauy

La première fois avec un couchsurfer, nous nous sommes posés au camping de Fortescue Bay, avant de nous aventurer sur le Cap Hauy (à prononcer Hoy). Cette randonnée de 3-4h offre des vues plongeantes sur l’Océan. A son bout, on pourra même tenter d’apercevoir le CandleStick et le Totem Pole, deux formations rocheuses jaillissant de l’eau que les grimpeurs s’adonnent à escalader.

Cape Hauy

Cap Raoul

Après une seconde nuit au camping, c’est vers Cap Raoul que l’on se dirige. Nous passerons Port Arthur sans avoir le temps de s’y arrêter. Cet ancien centre pénitencier accueillait les forçats de l’empire britannique 1833 à 1877, qui les utilisait comme main d’œuvre.

Pour en revenir à Raoul, cette randonnée se fait sur 4-5h. Les falaises sont encore au rendez-vous et la vue s’étend sur l’Océan.

On peut même apercevoir Cap Pillar, troisième bras se jetant dans la mer. Une randonnée de « luxe » a d’ailleurs été ouverte l’an dernier permettant d’enchaîner les trois caps sur 4 jours complets. Je dis de luxe, car le prix n’est pas accessible à tout le monde: 495$. Une croisière y est incluse. Il paraît d’ailleurs que les quelques heures sur l’eau autour de la Tasman Peninsula valent le coup. Dauphins, phoques et orques pour les plus chanceux se montrent parfois sur les bords de la Péninsule.

Pause plage

Pour prendre un bain de soleil, de nombreuses plages sauvages parsèment ce bout de Tasmanie. Parapentes, surf ou baignades… A vous de choisir.

Remarkable Cave

Avant de rentrer, n’oubliez pas de faire un tour à Remarkable Cave. La vue laisse rêveur.
Remarkable Cave

Vous l’aurez compris. Pour découvrir le coin, enfilez vos chaussures de randonnée, glissez votre livre d’histoire dans le sac, prenez un casse croûte consistant et votre maillot de main 🙂 Bonne balade.