Flinders Ranges, premiers pas dans le Dreamtime

Après quelques jours au cœur du Mont Remarkable, nous voilà en route pour le Parc National Ikara-Flinders Ranges en Australie-Méridoniale.

Les Flinders sont la chaîne de montagne la plus longue du continent. Avec ses 430 km, elle s’étend de Port Pirie au Lac Callabonna et englobe les deux parcs nationaux cités au-dessus.Flinders RangesLa route nous mène à Wilpena. Il est déjà tard. 5 min avant la fermeture du centre d’information, un gars bredouillant nous apprend que notre pass nous permettant d’accéder aux différents parcs nationaux du Sud de l’Australie, ne nous offre pas la nuit au camping du coin. On file donc vers Acraman Campground pour dormir. Le soleil se cache rapidement, nous laissant emprunter la gravel road dans la pénombre. Notre concentration est à son maximum car il va falloir éviter quelques kangourous suicidaires, qui à la vue de leur ombre, prennent souvent peur et se jettent sous les roues. Après quelques kms dans le noir le plus intense, nous y sommes !

Nord du Parc National

Ikara-Flinders Ranges carteAprès une bonne nuit de sommeil, nous nous engageons sur la randonnée Bunyeroo et Wilcolo Creek qui nous offre une vue sur le Wilpena Pound. Les couleurs sont intenses. Je pourrais passer des heures à regarder ce rouge sang s’imbriquait dans ce vert sapin et cet orange sorti tout droit de la terre. C’est notre première rencontre lointaine avec le St Mary Peak, qui me chuchote plein de belles promesses à l’oreille.

De l’autre côté, la vue se découvre profonde et pastel.IMG_4460L’après-midi, c’est au cœur de la Bunyeroo Gorge que nous nous aventurons, avant de ne continuer vers Aroona Campground plus au nord.IMG_4489La Yuluna hike nous propose alors une balade paisible le lendemain sur les traces de Hans Heysen, peintre australien, né allemand, célèbre pour ses aquarelles d’Eucalyptus. On comprend pourquoi l’artiste aimait cet endroit…L’ABC Range est tout aussi splendide.

Nous passerons la nuit au Trezona campground, avant de retourner vers Wilpena et son camping payant.IMG_4526

Wilpena Pound et le temps du rêve

Sur le chemin, nous croisons un couple d’Émeus et leurs petits.IMG_4538Arrivées au camping, nous sympathisons avec Mike, que nous retrouvons le soir même autour du feu.

La légende raconte…

Du moins, c’est comme ça que j’aurais voulu commencer ce paragraphe. Mais Mike parle bien d’histoire, l’histoire de son peuple Adnyamathanha. « Yura Muda » nous dit-il, le temps de la création. Cette histoire commence il y a bien longtemps, lorsque les Flinders Ranges étaient encore plats, sans collines. Yulu, le martin-pêcheur, était le leader de toutes les cérémonies, et se faisait alors attendre. Tout le monde était déjà réuni à Ikara pour la cérémonie et le peuple envoya un message à Yulu pour lui dire que s’il n’était pas de retour très vite, Walha Yura, l’homme dindon la tiendrait lui même. De peur qu’il ne la fasse pas correctement, Yulu fit un feu, prévenant le peuple Adnyamathanha, qu’il serait prompt.
Mais la fumée fut également visible par les Arkurras (serpents) qui décidèrent de suivre Yulu, jusqu’à Wilpena Pound. Ils attendirent près de Copley, se recroquevillant et formant les montagnes alentours sur leur passage. Puis continuant vers le lieu de cérémonie, ils mangèrent tout le monde. Seul Yulu et Walha Yura réussirent à s’en échapper.
Les deux serpents alors malades après avoir tant mangé s’endormirent dans un profond sommeil. Leur corps, encore visibles aujourd’hui, forment les contours du Wilpena Pound. La tête de la femelle serpent dessinant le Beatrice Hill, tandis que celle du mâle représente le St Mary Peak.

Du moins, c’est ce que j’en retiens. Il nous parle aussi d’un kangourou, mais sa langue natale s’enlaçant doucement entre les flammes, me berce tendrement. C’est que les aborigènes sont connus pour leur tradition orale, il est donc dur de retrouver la même version de l’histoire.

St Mary Peak

Le lendemain, c’est à la rencontre de ces deux serpents que nous partons, tant bien que mal après une nuit légèrement arrosée.Capture d’écran 2016-06-11 à 12.30.52Nous prenons la route directe qui mène au sommet en 3h. La grimpée est rude mais nous offre des vues splendides. Nous nous posons à Tenderra Saddle, où nous décidons qu’il n’est pas très juste de monter sur les hauteurs du St Mary Peak. Même si Mike nous a donné son accord la veille, nous nous arrêtons quelques kms avant le sommet par respect pour les croyances aborigènes. Ils n’y montent pas… nous non plus !

Nous redescendons vers le campement par la route la plus longue, faisant une boucle avec le chemin pris auparavant. Les moustiques s’en mêlent et les gouttes de pluie commencent à tomber. Après ces 21km, il était temps de rentrer !

Mike nous offre gracieusement une queue de kangourou cuite sur les braises de manière traditionnelle à notre arrivée. Il va être dur de le quitter. Après une dernière soirée au coin du feu, je m’endors paisiblement, touchée d’avoir pu goûter, le temps de quelques jours, à un autre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *