Gosford, l’artiste

Le charango de Léo et ma flûte s’entrelacent paisiblement, envoutant la foule endormie. Les flammes dansent et nous accompagnent, bercées par la musique et les ondes positives.

Dans quelques heures je partirais, laissant le Rhythm Hut derrière moi. Une semaine riche en émotion et personnalités de tout genre. Un woofing pas comme les autres, un endroit qui appelle à la créativité sans extravagance. Un lieu, où la musique se joue, se vit. Une maison où l’on perd ses repères, dans un joyau bordel de cacophonie.

La ville en elle-même ne laisse entrevoir ses charmes. Mais il suffit de pousser une porte ou deux, pour déambuler le temps d’un après-midi, dans un entrepôt désaffecté et laisser libre court à son imagination, pour poser sur le papier sa vision photographique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *