Je te hais

Assise dans l’herbe à profiter des doux rayons du printemps, je te vois. Ton petit corps frêle, recouvert d’un noir velours me désespère. Ce n’est pas physique. Tu ne représentes pour moi aucun intérêt et tu le sais. Malgré tout, tu t’empresses de venir me dire bonjour. Tu me baises vigoureusement la main et je …

Lire la suite »