Si je retournais en Australie…

L’annonce des pvtistes de ce matin, quant à la possibilité d’effectuer une troisième année au pays des kangaroos, m’a donné envie de replonger dans mes souvenirs d’Océanie.
Je me suis alors demandée, qu’est-ce que je ferais d’une année de plus dans ce pays… puis les mots ont découlé, les envies se sont matérialisées et j’ai eu envie de vous les partager, à travers une mini-liste:

Si je retournais en Australie:
– Je partirais de Fremantle pour rejoindre Melbourne, afin de finir ma boucle incomplète du pays, avec un stop à Adélaïde pour être volontaire sur le WOMAD festival.
– Je m’arrêterais sur la Great Ocean Road, rendre visite à cet aventurier et ses amis (qui ont une maison avec skatepark intégré au coeur des Eucalyptus et à quelques mètres des meilleures vagues du pays)
– Je donnerais rendez-vous à Anthony et Louis, mes premiers hôtes du pays, que j’inviterais à prendre un mocha dans un des cafés typiques de Melbourne, avant d’aller jouer un air de sax dans leur combi vert au bord de la plage
– J’irais m’aventurer dans les parcs montagneux du pays, à l’image de l’Alpine National Park et du Kosciuszko National Park avec un ami couchsurfer. J’accepterais peut-être cette fois-ci, l’offre d’emploi que l’on m’avait proposé au coeur d’une station de ski.
– Je m’arrêterais à Mollymook, saluer les 2-3 australiens les plus adorables du pays et pousserais la route jusqu’à Gosford pour performer mes bases de Didjeridoo et lâcher prise en jouant de la flûte avec Léo.
– Entre les deux, je me serais surement arrêter à Sydney pour passer le bonjour à ce français rencontré en Nouvelle-Zélande et aurait jeté un coup d’oeil au Flying Fox de Katoomba, voir si les amateurs d’escalade se donnent encore rendez-vous là bas.
– Je m’arrêterais plus d’une journée à Byron Bay, sans la peur de ne jamais pouvoir en partir
– J’irais passer le bonjour à Rodney, à Brisbane et l’embarquerais pour le 1er de l’an au Woodford Festival
– Je partirais d’Airlie Beach en kayak, jusqu’à Whitehaven beach pour 3 jours de camping.
– Je pousserais après Cape Tribulation, pour retrouver mon hôte helpx qui m’avait permis de nager au coeur de la Grande Barrière de Corail, dans un lieu encore préservé… son fils m’apprendra peut-être le métier d’apiculteur
– Je ferais un crochet jusqu’à la Dampier Peninsula à l’Ouest du pays, afin de retrouver ce petit paradis où l’on voit les baleines sauter de sa tente… et où le propriétaire des liens avait demandé mon aide pour mettre en avant son projet de protection contre les gros navires du large
– J’irais me reposer dans ce petit coin nature de Katherine, où les poules dorment dans les arbres. Je passerais mes journées à écouter le gérant fidjien me contait les histoires aborigènes des artistes qu’il a cotoyé toute sa vie.
– Je me préparerais à faire le Larapinta trek, pour revoir les McDonnells Ranges.
– Et descendrais peut-être jusqu’à Yundumu pour admirer les paysages désertiques alentours et retrouver les artistes qui peignaient par terre
– Puis j’irais me réfugier en Tasmanie, à Hobart, rejoindre mon super pote de randos ou m’endormir dans un sac de couchage au coeur des secrets huts du Mont Wellington. Je retournerais peut-être travailler au coeur des vignobles qui m’ont permis de rester deux années…

Et surtout… je me laisserais guider par les rencontres, prendrais alors ce bateau qui devait me mener jusqu’en Indonésie et continuer vers l’Europe, en disant au-revoir pour de bon à l’Australie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.